ACCUEIL

CATALOGUE

FILMS EN COURS

QUI SOMMES-NOUS

CONTACT



< FILM PRÉCÉDENT

RETOUR

FILM SUIVANT >







Don Juan, vues d’ailleurs

Comment transposer un ballet en un film ? Le film Don juan est mieux qu’une captation, c’est un film chorégraphique.

Lorsque l’on adapte pour l’écran un opéra ou une chorégraphie, on dispose d’un même langage de plans, une structure, voués à la construction d’un récit, au même titre que pour un long-métrage de fiction. La petite lucarne de la télévision est trop fermée, il faut donc ouvrir grand, laisser entrer de l’air frais, un vent de création. C’est ce que propose ce film sur le ballet Don Juan chorégraphié par Thierry Malandain et interprétés par les danseurs des Ballets Biarritz Il ne s’agit plus de placer frontalement trois grosses caméras devant la scène. On peut donc faire un travail d’écriture qui va bien au-delà de la simple « captation », qui devient une représentation en soi, avec tout ce que cela comporte de vivant. Car un spectacle vivant, ce n’est pas seulement un texte et des acteurs, des danseurs et une musique, c’est aussi et surtout une véritable circulation d’énergie humaine entre la scène et la salle. Ce film s’apparente davantage à un documentaire sur un acte de création : je n’essaie pas de faire oublier qu’on est dans une salle de spectacle, je veux montrer au contraire la spécificité de ce type de rencontre. Ici nous interprétons pour l’écran une création de danse. Nous faisons un travail d’adaptation qui reste fidèle à l’essence de l’œuvre, sans que ce soit pour autant un calque de son apparence. Avec la danse, toutes les questions d’écriture cinématographique sont posées de façon encore plus aiguës qu’ailleurs. En filmant une œuvre chorégraphique, nous devons traduire un travail qui a été conçu pour se déployer dans l’espace, en un film qui se déroule dans le temps : l’espace du plateau est réduit aux dimensions du cadre, et l’histoire est racontée par une suite de plans. Don Juan a été créé pour le public : par ce film nous le transportons dans une autre dimension, dévoilant ce que le public ne voit jamais. C’est ce que l’équipe technique et de réalisation s’attachent à réaliser durant 52 minutes. Présenter des points de vues uniques que le spectateur frontal ne peut pas voir, aller au plus près des expressions des danseurs, accompagner dans un long travelling et une louma une diagonale de petits pas ou de pirouettes, voilà tous le travail de re-création autour de l’œuvre du chorégraphe que le film dévoile, tout en restant, toujours, fidèle à l’œuvre première.

Durée
51 min


Copyright
2007


Format
HDcam

Auteur
Sonia Paramo

Réalisateur
Sonia Paramo

Genre
Recréation

Production
LFFL, Ballet Biarritz, Thierry Malandain

Diffusion
Mezzo

Sélection
Sélection officielle Fipatel 2007


Copyright 2009©Les Films Figures Libres - Site imaginé par TnVdesign, réalisé par Web-Créa-Site.com