ACCUEIL

CATALOGUE

FILMS EN COURS

QUI SOMMES-NOUS

CONTACT



< FILM PRÉCÉDENT

RETOUR

FILM SUIVANT >





Gustavo Dudamel, retour à Caracas : portrait

L’Amérique latine, depuis quelques années, se réveille et bouillonne. Nous ne parlons pas ici des dirigeants des pays de cette partie du monde, qui font beaucoup parler d’eux, mais des artistes et singulièrement des musiciens qui y vivent et qui y œuvrent.

La musique, il est vrai, pulvérisant les frontières, il ne va pas de soi que les plus remarquables d’entre eux, précisément, continuent d’y vivre. C’est le cas de Gustavo Dudamel, jeune chef vénézuélien de vingt-six ans né à Barquisimeto, engagé par les plus prestigieux orchestres du monde et appelé à prendre la succession d’Esa-Pekka Salonen, à la fin de la saison 2008-2009, à la tête du Los Angeles Philharmonic Orchestra.

Gustavo Dudamel, c’est une allure, c’est un style, mais c’est aussi et d’abord un style musical. Un mélange de feu et de raison, tout le contraire de ce qu’un esprit paresseux et enclin aux poncifs attendrait d’un musicien de ces contrées coincées entre équateur et tropique : du rythme, sans doute, de la couleur, peut-être, de la nonchalance, assurément. Non, la fougue de Dudamel ne vaut que par sa rigueur extrême. Certes, le Vénézuéla a donné peu de compositeurs célèbres ; certes, à côté de Caracas, l’une des villes les plus importantes du pays s’appelle Maracaibo ; mais le Vénézuéla est aussi le pays d’une fondation qui s’est fixé comme mission d’aider les enfants pauvres grâce à la musique (la Fundacion del Estado para el Sistema de Orquesta Juvenil e Infantil de Venezuela) et Dudamel fait partie de ceux-là.

« J’avais douze ans quand je suis monté pour la première fois au pupitre, raconte-t-il, mais je me souviens d’un ami qui en avait huit et qui dirigeait déjà notre orchestre. »

Enfant de l’Amazone et de la mer des Caraïbes, Gustavo Dudamel s’est fait connaître en remportant un prix lors du concours de direction Gustav Mahler, en 2004, à Bamberg. Ce qui ne l’avait pas empêché, dès l’âge de dix-sept ans, de devenir directeur musical de l’Orchestre des jeunes Simon Bolivar et de se produire un an plus tard avec cette formation à la Philharmonie de Berlin.

« L’énergie que contient la musique, dit Gustavo Dudamel est fantastique pour les jeunes musiciens. Beaucoup des enfants viennent de la rue, ils ont véu toutes ces choses horribles – le crime, la drogue, les problèmes familiaux. Mais quand ils jouent cette musique, ils ont en eux quelque chose de spécial et partagent tous le même espoir. »

Alors, l’Amazone ? Oui, « parce que la musique est un fleuve, voyez-vous. Ce n’est pas la même eau d’un jour à l’autre. Ce n’est pas un verre avec de l’eau à l’intérieur. »

Durée
28 min


Copyright
2008


Format
HDcam

Auteur
Sonia Paramo

Réalisateur
Sonia Paramo

Genre
documentaire

Production
LFFL, FESNOJIV

Diffusion
Mezzo


Copyright 2009©Les Films Figures Libres - Site imaginé par TnVdesign, réalisé par Web-Créa-Site.com